Flash infos

HAC/GUINEE CONAKRY- CSC/ BURKINA FASO : UNE COOPERATION SUD – SUD SOUS DE BONS AUSPICES

12/06/2018
17:15
316


Le vice-président Comboïgo échangeant avec la présidente de la HAC Madame Ilboudo/Kondé

Dès le lundi 04 juin, une prise de contact a eu lieu entre les techniciens Burkinabé et ceux guinéens.
A l’entame des échanges, prenant le premier la parole, monsieur Désiré COMBOÏGO, Vice-président du CSC, a situé le contexte et les objectifs de la mission de la HAC au BURKINA Faso. Il a indiqué qu’au cours de plusieurs rencontres au plan international, la Guinée a présenté une technologie développée par monsieur Mamadi KEÏTA (commissaire de la HAC) qui permet de capter le contenu de tous les médias audiovisuels implantés sur un territoire déterminé.
Dans un contexte où le régulateur des médias doit s’adapter à l’évolution technologique qui a favorisé une floraison d’organes de presse, la rencontre avec la HAC est digne d’intérêt pour le CSC du Burkina Faso dans la perspective d’une appropriation de ce système moderne de monitoring.
C’est donc avec beaucoup d’intérêt que la délégation du CSC a suivi l’exposé du système par monsieur Mamadi KEÏTA.
Les préoccupations exprimées par les participants du CSC à cette rencontre ont porté, entre autres, sur :
-    les contraintes résiduelles rencontrées dans l’application du système ;
-    les problèmes d’énergie électrique ;
-    les paramètres de la régulation des médias susceptibles d’être mis en évidence par le système.
Le technicien guinéen a tenu à rassurer la délégation du CSC que pour externaliser le système, il a bien fallu tenir compte de certaines contraintes prévisibles. Dans ce sens, l’énergie solaire est utilisée là où il n’y a pas de connexion électrique.
En revanche pour capter le contenu des programmes des médias audiovisuels publics et privés, un listing exhaustif  de ces médias est non seulement indispensable, mais aussi l’intervention d’un personnel chargé de l’analyse des contenus au regard des paramètres de la régulation.
Conduite par la Présidente de la HAC, madame Martine CONDE, la délégation guinéenne est en mission au Burkina Faso dans le cadre de la réactivation de la plateforme des régulateurs de l’UEMOA et de la Guinée, créé à Ouagadougou en 2013. Elle entend profiter de cette opportunité pour raffermir les bases de la coopération technique entre le CSC et la HAC, en vue  
Les techniciens des deux instances à pied d’œuvre
du transfert de la technologie du système de monitoring guinéen au Burkina Faso
 La rencontre préliminaire sur le système innovant de monitoring mis en place par monsieur Keita est intervenue le 4 juin 2018 dans la salle des conseillers et a regroupé :
-    monsieur Désiré COMBOÏGO, entouré de ses collaborateurs ;
-    monsieur Mamadi KEÏTA, commissaire à la HAC/Guinée ;
-    monsieur Barnabé COMPAORE, conseiller CSC
-    Madame KOULIDIATY/TOURE Conseillère CSC
-    monsieur Eliotte ILBOUDO, représentant pays du système de monitoring audiovisuel par internet ;
-    monsieur Justin TIONO, chargé de mission CSC ;
-    monsieur Servaire COULIBALI, Secrétaire général ;
-    Madame Mariama KONATE, Chargé d’étude ;
-    Madame Céline SOMDA, Directrice de la documentation et des archives audiovisuelles.
 

La photo de famille à l’issue de la visite

Une autre rencontre tenue le mercredi 6 juin 2018 a consisté à la présentation pratique du système. Ce, après des travaux entre l’ingénieur système de la HAC et le directeur de l’informatique et des technologies du CSC. Une simulation en bonne et due forme d’une situation de monitorage d’une dizaine de radios Burkinabé a été faite.
Selon le technicien guinéen, l’avantage du système qu’il a mis en place est de réduire les distances et les coûts par la centralisation du système de monitoring en un lieu unique. C’est dire qu’avec cet outil en main, le CSC n’a plus besoin d’avoir des démembrements dans les différentes localités pour suivre les médias audiovisuels, mais d’un dispositif technique léger chargé de la captation et du stockage de ces données qui seront ensuite renvoyées au centre En plus de cela, ce système appelé SYSMAPI, c’est-à-dire système de monitoring audiovisuel par internet permet d’archiver toutes les données audiovisuelles enregistrées sur une période indéterminée. Cette avancée technologique, à un coût relativement moins élevé que ce qui se pratique déjà concernant d’autres systèmes, en termes de machinerie et de consommation énergétique.

La Direction de la Communication et des Relations publiques

Actualités

Le CSC se soucie de la fiscalité des entreprises de presse

01/02/2019

Ce jeudi 31 janvier 2019, le Conseil supérieur de la Communication (CSC) a organisé, avec l'appui de la Direction générale des Impôts, un atelier national sur « la fiscalité applicable aux médias et la mise en œuvre de la facture normalisée ». Les travaux se sont déroulés dans la salle de conférences de la Direction générale des Douanes de Ouagadougou.

Le CSC reçoit la visite de la 4ème promotion des élèves officiers

30/01/2019

Le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a reçu, le mercredi 30 janvier 2019,   la visite de la 4ème promotion des élèves officiers de l'Académie de police. Conduits par l'assistant de police OUEDRAOGO P. sylvain, les élèves officiers sont venus à la découverte de l'instance de régulation des médias au Burkina Faso.

Le Directeur Afrique de CFI chez le président du CSC

28/01/2019

Le Directeur Afrique de CFI, Pierre JALLADEAU, présent au Burkina Faso dans le cadre du lancement du projet EcoMedias porté par l'UNALFA, l'Union nationale de l'audiovisuel libre du Faso, a été reçu en audience dans l'après-midi du lundi 28 janvier par le président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Me Soahanla Mathias TANKOANO.

>> Voir toutes les actualités

newsletter
Newsletter

Sondage
Sondage indisponible.
Le CSC est membre
compteur site web