Flash infos

Les radios « Ouaga FM », « Salankoloto », « Savane FM » et « Optima » auditionnées

17/01/2018
00:00
260

La Commission en charge de la publicité du Conseil supérieur de la communication a procédé à une série d’auditions, le vendredi 12 janvier 2018, pour les radios « Ouaga FM », « Salankoloto » et « Savane FM »,  et le mardi 16 janvier 2018 pour la radio « Optima ». 

Il est reproché aux radios « Ouaga FM », « Salankoloto » et « Optima » la diffusion de publicités relatives à la promotion de produits de la pharmacopée traditionnelle. Vu qu’aucune de ces publicités ne dispose de visa délivré par le Ministre de la santé, ces publicités violent la loi N°080-2015/CNT portant règlementation de la publicité au Burkina Faso. Il s’agit précisément de l’article 31 qui dispose que « Toute publicité de produits pharmaceutiques ou de produits de la médecine traditionnelle est interdite auprès du grand public sous réserve de l’obtention du visa délivré par le Ministre en charge de la santé ». 
Il est également interdit de faire la publicité des établissements sanitaires comme dispose l’article 33 : « Est interdite toute publicité sur les établissements sanitaires, morgue et effets mortuaires ».

Quant à la radio « Savane FM », elle a diffusé une publicité sur un produit cosmétique sans visa du Ministre de la santé. Cette annonce tombe sous le coup de la loi qui dispose en son article 40 que, « avant diffusion, toute publicité de produits cosmétiques faite sur les médias audiovisuels privés ou publics doit faire l’objet d’un visa délivré par le Ministre en charge de la santé ».
 
Les conclusions de ces auditions feront l’objet d’appréciation au sein du Collège des conseillers pour décision à prendre.
 
 
La Direction de la Communication et des Relations publiques
Contact : 25 30 11 24, poste 152


Actualités

Compte rendu de l’audience accordée par le Vice-président exerçant la plénitude des attributions du Président du Conseil supérieur de la communication à monsieur Bernard Chenuaud

21/05/2018

Le Vice-président exerçant la plénitude des attributions du Président du CSC, monsieur Dieudonné Désiré Comboïgo a reçu monsieur Bernard Chenuaud Directeur adjoint Afrique de CFI, le mardi 16 mai 2018. Il s'est agi pour monsieur Chenuaud de recueillir l'avis du CSC sur un ensemble de questions, en prélude à un projet que CFI entrevoit mener conjointement avec les autorités de régulation des pays que sont : le Niger, le Mali et le Burkina Faso, et certains acteurs médiatiques de ces contrées.

CONSEIL SUPERIEUR DE LA COMMUNICATION : Le vice-président exerçant la plénitude des attributions du président installe le comptable principal des matières

04/05/2018

Le vice-président exerçant la plénitude des attributions du président du CSC a procédé ce mercredi 02 mai 2018 dans la matinée, à l'installation du comptable principal des matières du CSC, Monsieur Siriki Berthé, administrateur des services financiers, nommé par décret en Conseil des ministres, le 26 mars 2018.

LES PAGES DU REGULATEUR DES MEDIAS : La contribution des médias Burkinabé au renforcement de l’Etat de droit

03/05/2018

Le thème de la commémoration de la journée internationale de la liberté de la presse du 03 mai 2018, choisi par Reporter sans frontière (RSF) est : « Médias, justice et état de droit : les contrepoids du pouvoir ». Aussi, pour sa première publication du mercredi 02 mai, « Les pages du régulateur des médias » a bien voulu s'attarder sur cette invite à l'introspection, contexte oblige, toute chose qui l'inspire à scruter le thème suivant : « La contribution des médias Burkinabé au renforcement de l'Etat de droit ». Cette réflexion qui tombe fort à propos, car elle permet non seulement d'éclairer la jeune génération sur le chemin parcouru, mais aussi de permettre aux seniors de dresser le bilan à travers une évaluation des actions antérieures. Il n'est aucunement prétentieux de soutenir aujourd'hui, l'effectivité de l'existence d'une liberté de la presse au pays des hommes intègres. Ce, au regard des classements de RSF sur l'état de la liberté de la presse dans le monde qui a de 2016 à 2018 successivement classé le Burkina Faso  devant de vieilles traditions démocratiques occidentales comme la France, classée 45ème en 2016 alors que le Burkina Faso était 42ème, encore 42ème en 2017 devant les USA classé 43ème, puis 41ème en 2018 avec les USA à la 45ème place.

>> Voir toutes les actualités

newsletter
Newsletter

Sondage
Sondage indisponible.
Le CSC est membre
compteur site web