Flash infos

Programme d’urgence du CSC Les journalistes du Sahel formés au traitement de l’information sécuritaire

12/05/2017
13:05
434

Cette session de formation est la première de la série d’actions du genre que compte mener le Conseil supérieur de la communication dans le cadre du programme d’urgence «Médias et sécurité» lancé le 21 avril dernier. Elle a regroupé une vingtaine de journalistes venus des différentes localités de la région du Sahel. Dans son allocution d’ouverture, la présidente du CSC a rappelé que «les médias jouent un rôle important en matière d’information, de sensibilisation et de formation des citoyens.» Pour éviter des dérives pouvant occasionner une cascade de nuisance à notre nation, ajoute-t-elle, «il est impératif que les hommes de médias soient bien outillés sur la problématique du terrorisme.»

A Dori, les hommes et femmes de médias ont, au cours de la journée du 11 mai 2017, bénéficié de communications de grande portée qui devraient permettre de réorienter le traitement de l’information sécuritaire. En introduction de la formation, Justin Tionon, chargé de mission au CSC, a rappelé les règles établies en matière de traitement de l’information en général et de l’information d’ordre sécuritaire en particulier. Le souci d’informer du journaliste se heurte souvent à la nécessaire réserve des Forces de défense et de sécurité, eux qui ont besoin souvent de l’effet de surprise pour assurer une réussite à leurs actions.

Dans sa communication le Capitaine Hervé Yé, chargé de communication de la Gendarmerie nationale, a relevé que journaliste et Force de défense et de sécurité ont chacun un grand rôle mais des méthodes divergentes. Seule une collaboration étroite fera naître entre ces deux corps de métier une collaboration qui sera d’un grand profit à toute la nation. Avec le communicateur, les participants ont appréhendé la notion d’information à caractère stratégique et le secret militaire. L’on retiendra que l’information à caractère stratégique va au-delà des aspects militaires et concerne globalement toute information de nature à mettre en péril la nation ou ses intérêts si elle était connue de personnes mal intentionnées.

En fin de session, la communication de Docteur Walilaï Kindo a permis aux journalistes d’appréhender les bases de l’islam et de s’imprégner de certaines notions fréquemment évoqué dans le sujet liés au terrorisme. L’islam, le djihad, le terrorisme… ont été développé dans ladite communication. Dr Kindo, concluant sa communication, a exhorté les hommes et femmes de médias à faire usage des termes exacts dans leurs différentes productions pour ne pas verser dans l’apologie du terrorisme. Par exemplele terme «Djihadiste» devrait être délaissé au profit de «terroriste» car ce n’est point un acte de djihad que de tuer aveuglement des innocents.

Les formations sur le traitement de l’information sécuritaire ont été réclamées par les journalistes lors des rencontres de concertation du CSC. En mettant en le programme d’urgence «Médias et sécurité», le CSC escompte un meilleur traitement de l’information respectueux des règles et qui ne fait pas le lit du terrorisme. Les prochaines actions se poursuivront pour les régions restantes à l’issue des élections municipales du 28 mai 2017.

La direction de la communication et de relations publiques

Actualités

HAC/GUINEE CONAKRY- CSC/ BURKINA FASO : UNE COOPERATION SUD – SUD SOUS DE BONS AUSPICES

12/06/2018

Une délégation de la Haute Autorité de la communication (HAC) de Guinée Conakry, conduite par sa présidente, Madame Martine Kondé, a séjourné à Ouagadougou du lundi 4  au vendredi 8 juin 2018.  Plusieurs activités impliquant les deux instances de régulation ont marqué ce séjour qui augure d'une coopération sud – sud qui porte.  

Communiqué de presse : audition du journal « Le Dossier »

23/05/2018

La Commission de la Liberté de la Presse, de l'Ethique et de la Déontologie du Conseil Supérieur de la Communication a procédé à l'audition du directeur de publication du journal « Le Dossier » le vendredi 18 mai 2018 au sein de l'institution. Ce, après plusieurs reports dus à la tenue du procès du putsch de 2015 auquel les parties prennent part. Cette audition fait suite à une plainte pour calomnie et diffamation introduite le 23 février 2018 par monsieur Soahonla Mathias TANKOANO

Compte rendu de l’audience accordée par le Vice-président exerçant la plénitude des attributions du Président du Conseil supérieur de la communication à monsieur Bernard Chenuaud

21/05/2018

Le Vice-président exerçant la plénitude des attributions du Président du CSC, monsieur Dieudonné Désiré Comboïgo a reçu monsieur Bernard Chenuaud Directeur adjoint Afrique de CFI, le mardi 16 mai 2018. Il s'est agi pour monsieur Chenuaud de recueillir l'avis du CSC sur un ensemble de questions, en prélude à un projet que CFI entrevoit mener conjointement avec les autorités de régulation des pays que sont : le Niger, le Mali et le Burkina Faso, et certains acteurs médiatiques de ces contrées.

>> Voir toutes les actualités

newsletter
Newsletter

Sondage
Sondage indisponible.
Le CSC est membre
compteur site web